mardi 6 janvier 2015

Dora Bruder, Patrick Modiano.

«J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n'auront pas pu lui voler.»
 
L'auteur se met à la recherche d'un jeune fille disparue en 1941 pour laquelle une annonce avait été placée dans un journal de l'époque.  L'idée de départ était excellente, mais je me suis perdue dans une série de noms de rue à Paris, de lieux et de dates pour lesquels je n'avais aucun repère sauf pour la période où se déroule l'histoire, la deuxième guerre mondiale.  Déportations, extraits de divers documents, état des lieux pendant la guerre... il est clair que l'effort de recherche est monumental même si l'auteur a fréquenté les mêmes endroits que Dora Burder mais à des époques différentes.  C'est un livre très français dans son contenu qui intéressera bien des gens.  Personnellement, lorsqu'il s'agît de guerre, je mets les freins.  Je ne suis pas très passionnée d'Histoire, je ne suis donc pas le public cible pour ce livre. 
 
Je ne suis pas contre le concept d'apprendre des choses en faisant une lecture pour le plaisir, mais ça dépasse mes limites lorsque je dois voir défiler des pages entières d'information qui au final ne m'apporteront pratiquement rien et qui ne servent qu'à l'histoire qui finalement m'intéresse très peu.
 
Je ne sais pas si je tenterai un autre Modiano car j'ai peur que ce soit un autre rendez-vous manqué. 

10 commentaires:

Kikine a dit...

Je n'ai lu que "Dimanche d'août" de Modiano et je n'ai pas aimé. je ne pensais pas recommencer avec cet auteur même si ce livre datait d'un certain temps...

Marie-Claude Rioux a dit...

Je m'en doutais bien... Idem pour moi. Modiano, pour moi, c'est comme un thé froid.

Emma a dit...

Je n'ai jamais lu de Modiano non plus et je n'ai pas envie de tenter celui-ci !

faelys a dit...

oh, ne vous découragez pas, tentez le très joli "Catherine Certitude", écrit avec Sempé, c'est une bulle de poésie et de douceur qui vous réconciliera peut être avec Modiano (c'est aussi un des seuls que j'ai lu de lui, j'avoue ;) )

Jules a dit...

Kikine: J'avais lu Dans le café de la jeunesse perdue avant et je ne peut pas dire que j'avais beaucoup aimé...

Marie-Claude: Une expression parfait pour décrire mon impression!

Emma: On pourrait peut-être essayer celui que propose Faelys plus bas!

Faelys: je note ta suggestion, mais je vais attendre un peu... :p

Alex Mot-à-Mots a dit...

Lu quand j'étais ado, je n'y avais rien compris !

Suzanne a dit...

J'ai tenté de lire Chien de printemps qui m'est tombé des mains tellement je m'ennuyais. Je n'ai jamais tenté autre roman de cet auteur et je n'en ai pas envie.

Jules a dit...

ALex: ahah, tu me fais rire! ;)

Suzanne: Coudonc, comment s'est-il mérité le Nobel lui?!

Suzanne a dit...

Je te cite: Coudonc, comment s'est-il mérité le Nobel lui?!

On se le demande et je crois que lui aussi s'est posé la question. Ok, je sors.....

Jules a dit...

Suzanne: ah là tu me fais trop rire!! J'en tousse mes poumons!