samedi 14 avril 2012

Tsukushi, Aki Shimazaki.

Lors de la fête qui souligne le treizième anniversaire de sa fille Mitsuba, Yûko découvre qu’un secret peut en cacher un autre : trahisons et doubles vies risquent bientôt de bouleverser sa vision du bonheur et le cours de sa vie. Après Mitsuba, Zakuro et Tonbo, composés avec la même sobriété pleine d’empathie, Tsukushi est le quatrième volet d’un cycle romanesque consacré au silence et à la violence des lois sociales au Japon.

Avec Aki Shimazaki, j'ai toujours le même problème, j'arrête de vivre entre la première et la dernière page!  En 2007, j'ai fait une cure Aki Shimazaki en lisant sa série Le Poids des secrets: Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru. Puis, j'ai un peu oublié l'auteure et ses jolis petits livres aux couvertures magnifiques. Il y a quelques semaines, j'ai eu envie de retomber dans son univers.  L'amour à la japonaise tinté d'un petit accent québécois, c'est un duo parfait!  Cette auteure japonaise qui habite Montréal depuis plus de vingt ans me charme à coup sûr par sa plume délicate et légèrement influencée par sa culture d'adoption.  Je me laisse emporter dans ses histoires qui sont, à mon avis, toujours trop courtes.  Courtes, mais complètes.  Pour moi, ses livres sont un peu comme un feuilleton hebdomadaire pour lequel on attend le prochain épisode avec impatience.  Mon seul regret, c'est de ne pas avoir lu tous les autres d'avant: Mitsuba, Zakuro et Tonbo, car elle tisse des liens entre les personnages de tous ses livres.  Je pense que pour moi, l'idéal serait de reprendre Le poids des secrets et d'enchaîner avec ses derniers... 

Ici, Yûko pensait vivre l'amour parfait, jusqu'au jour où elle découvre quelques petits indices qui lui laissent croire que quelque chose cloche dans son couple.  Je ne vous dis pas ce que c'est parce que l'auteure nous réserve une grande surprise peut-être pas aussi positive qu'on l'aimerait, mais assez grandiose.  Lorsqu'on lit de la littérature japonaise, il faut toujours garder la culture au premier plan.  Ce qui nous semble normal ici, peut ne pas l'être là-bas.  C'est de la fiction, mais ceci n'empêche jamais le lecteur de relever quelques différences majeures.  Aki Shimazaki joue bien le jeu et c'est une grande écrivaine que je prendrai toujours plaisir à lire.  Pour ceux qui habiteraient je ne sais où et qui ne l'auraient jamais lue, plongez...

Leméac Éditeur
Roman ⁄ 2012 ⁄ 10 x 19 cm ⁄ 144 pages
Coédition Leméac/Actes Sud ⁄ ISBN 978-2-7609-0781-2

8 commentaires:

Les Livres de George a dit...

J'avais beaucoup aimé "le poids des secrets" je ne savais pas qu'il y en avait un nouveau !!!

Jules a dit...

Georege: il y en a 4 après, on a du retard ma chère!!!

Michel a dit...

Plus qu'à attendre sa parution en france...

Jules a dit...

Michel: tu comprends ma souffrance! :) Tous ces livres qui paraissent en France et qui mettent des siècles à arriver de ce côté de l'océan?! hihihihi

choupynette a dit...

très envie de découvrir cette série du Poids des secrets.

Jules a dit...

Choupy: oh oui, il faut!

Kikine a dit...

J'ai adoré la première série et je suis convaincue que je vais encore être sous le charme de celle-ci

Jules a dit...

Kikine: je pense que oui!