jeudi 15 mai 2014

Je n'ai pas peur, Niccolo Ammaniti.

" Si on ne partait pas à bicyclette, on restait dans la rue à jouer au foot, au ballon prisonnier, à un deux trois soleil, ou bien sous l'auvent du hangar à glandouiller. On pouvait faire ce qu'on voulait. Des voitures, il n'en passait pas. Des dangers, il n'y en avait pas. Et les grands restaient cloîtrés à la maison, comme des crapauds qui attendent que baisse la chaleur. Le temps s'écoulait lentement. A la fin de l'été, on était impatients de retourner à l'école. Ce matin-là, on s'était mis à parler des cochons de Melichetti. " L'été le plus chaud du siècle. Quatre maisons perdues au milieu de nulle part. Les adultes se terrent le jour et complotent la nuit. Six gamins s'aventurent à bicyclette dans la campagne brûlante. Au cœur de cet océan de blé, il est un secret effrayant, un secret dont la découverte changera à jamais la vie de l'un d'eux, Michele... Un thriller domestique, où se mêlent fable et bande dessinée, horreur et merveilleux, faux monstres et vrais affreux, normaux, terriblement normaux.

Je crois qu'avec ce congé de maladie d'un mois, je vais battre des records de lecture!  C'est le meilleur sport (avec la marche) quand on est au bout du rouleau.  Ce n'est vraiment pas le temps se lancer dans de grands projets, alors je lis sur le divan, au jardin, au lit...je relaxe!

Mon Dieu qu'il fait chaud dans ce roman! On sent bien la canicule d'un été italien sans vent... Dans un petit village qu'on devine très rustique, les enfants n'ont que leurs bonnes et mauvaises idées pour occuper leur été. Je me méfie toujours des romans où la narration implique un enfant de 9 ans trop intelligent pour son âge! Cependant, j'essaie de plus en plus de passer par dessus ce détail afin d'apprécier son histoire plutôt que ce qu'il est...  On ne peut pas dire que ce roman rebondit sans arrêt, mais il s'y passe bien au moins une chose qui vous tiendra sur le bout de votre chaise pendant plus de la moitié du livre!  C'est un auteur que je ne connaissais pas du tout et que j'ai découvert chez L'Arrajou.  Ammaneti a tout le talent nécessaire pour bien vous camper dans un été étouffant et angoissant, croyez-moi!  Donc, à lire avec un verre de limonade bien glacée ou un petit rosé bien frais!

17 commentaires:

Véronique (alias la Pyrénéenne) a dit...

Je suis contente qu'il t'ait plu !

Jules a dit...

Véronique: :o) mais ce qu'il fait chaud!!!

katell a dit...

très angoissant et cette fin bouhhhhh !! je l'ai lu d'une traite dans l'avion ;-)

Jules a dit...

Katell: toute une fin, même si je l'ai venue venir, mais c'est trop triste!!

Aifelle a dit...

Véronique m'avait déjà bien tentée, tu en rajoutes une couche.

Jules a dit...

Aifelle: coupable oui! :)

nagandsoon a dit...

Très beau roman accessible aux débutants en italien (quand on en a fait 2 ou 3 ans). Je l'ai lu en cours d'italien, c'est un très beau roman et une histoire terrible! D'après notre prof, c'est inspiré d'une ou de plusieurs histoires vraies car ce type de situation (je viens pas spoiler) a existait dans le Sud de l'Italie dans les années 70.

Noukette a dit...

J'avais beaucoup aimé le roman précédent de l'auteur !

Jules a dit...

Nag: oh! non mais c'est terrible!!! euh moi et l'italien prego et ciao! c,est tout! :)

Noukette: lequel?

Grominou a dit...

Congé de maladie? Pauvre toi, je te souhaite un bon rétablissement! Et oui, profites-en pour lire au max!

Jules a dit...

Grominou: oui, à force de peu dormir la nuit, le corps s'en ressent et vient un moment où on avance plus! Mais je rassure la têt va bien... pour l'instant!

Réjean a dit...

Je l'ai ce roman il y a quelques années et je l'ai bien aimé. Prompt rétablissement.

Jules a dit...

Réjean!!!!!! et vous? ça va? :)

Réjean a dit...

Oui, ça va bien. N'ayez crainte, je vous suis, même si je me manifeste très peu.

liliba a dit...

J'avais beaucoup aimé ce roman, tout en délicatesse, et qui met vraiment bien en scène les enfants. Et puis triste, mais ça j'aime aussi ! ;-)

Jules a dit...

Liliba: oui, très triste. Surtout pour le petit garçon qui découvre son père sous un autre jour...

Marie-Claude Rioux a dit...

Tu dis tout, Jules: un roman qu'on lit sur le bout de notre chaise!