vendredi 6 février 2015

Yeruldelgger, Ian Manook.

Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. A l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l'Islande d'Indridason, l'Ecosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook !
 
Une maîtrise époustouflante pour le polar le plus dépaysant et le plus primé de tous les temps : le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes, le prix SNCF 2014, le prix des lectrices de Elle (polar) et le Prix des Lecteurs Notre Temps 2014.
 
Ce roman policier est un vrai roman d'actions!  Dès les premières pages, nous sommes projetés au beau milieu de deux enquêtes sur le territoire mongol: une petite fille est retrouvée ensevelie sous la terre avec son tricycle et trois Chinois sont retrouvés nus sans leur "bazar" dans une usine.  Pas facile de remonter jusqu'aux criminels quand le commissaire Yeruldelgger n'a qu'une équipe réduite pour travailler sur ces enquêtes et encore moins lorsque ses supérieurs sont eux-mêmes impliqués dans des affaires louches et ne cessent de lui mettre les bâtons dans les roues...

Ian Manook tire dans tous les sens sur plus de 625 pages, il faut s'accrocher et être très attentif!  La violence est très présente et l'auteur n'hésite pas à tuer ses personnages...  En avion, en tout-terrain, en voiture, à la course ou à monture, Yeruldelgger, Oyun et Solongo nous amènent avec eux tantôt dans la steppe, tantôt dans les yourtes d'Oulan-Bator. Impossible de reprocher à l'auteur de nous imposer un rythme trop lent, ce serait plutôt le contraire! Yeruldelgger a une histoire personnelle très mouvementée et ses problèmes se joignent aux enquêtes pour créer un tableau à rendre fou bien des gens. Les ficelles reliant le public et le privé sont parfois très longues et je me suis emmêlée dans ce fouillis plus d'une fois...

Parce que je ne connaissais très peu le pays, je me suis surtout intéressée aux éléments culturels de la Mongolie.  L'auteur qui est français d'origine semble bien connaître le pays et partage avec nous ses connaissance sur les rituels tels que la protection des voyageurs avec un bol de lait lancé aux quatre vents, la façon d'entrer dans une yourte en respectant une certaine procédure impliquant la bonne méthode pour s'annoncer, quel pied mettre en premier, etc.  L'art culinaire mongol est également très bien représenté.  On y boit du thé bien gras et salé grâce au beurre qu'on y ajoute, on y mange des ragoûts de mouton bien parfumés et on peut même assister à un dépeçage en règle de la marmotte qui sert à produire un met tendre et savoureux...  Ian Manook n'a peut-être pas réussi à me convaincre dans ce cas, mais il a au moins réussi à m'inciter à en savoir plus sur ce pays et sa culture.

La suite des aventures de Yeruldelgger dans Les temps sauvages  paraîtra prochainement chez Albin-Michel.  Il paraît que l'auteur l'avait déjà en réserve au moment de publier le premier volet...
 
ISBN: 9782253163886

7 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Un roman au titre imprononçable qui m'intrigue fort. Je m'empresse de le noter.

Le Papou a dit...

Déjà noté ... Va falloir agrandir ma PAL
le Papou

Jules a dit...

Marie-Claude: Mais on est loin de Carl Morck et Erlendur... Yerul est pas mal moins diplomate!!!

La Papou: arrête de lire les blogs alors! :p

enna a dit...

moi j'avoue que je n'ai pas aimé, j'ai trouvé ça souvent gratuitement violent et bourré de clichés (et l'auteur ne m'a pas laissé une super impression à la remise du prix de elle) ;-) et il est aussi sélectionné au prix audiolib alors il va falloir que j'en écoute au moins un extrait pour me faire une ide de la version audio...autant dire que je en suis pas ravie ;-)

Jules a dit...

Enna: tu as parfaitement raison! Beaucoup de violence effectivement et des résolutions "comme par magie", mais c'est le côté Mongolie que j'ai aimé... pour le reste bof bof. Bonne chance pour l'écoute! :)

Alex Mot-à-Mots a dit...

Un roman dur, mais qui m'a fair découvrir ce pays également.

Jules a dit...

ALex: oui heureusement qu'il y a le volet culturel!