mardi 20 janvier 2015

Where'd you go, Bernadette, Maria Semple.

Bernadette Fox is notorious. To her Microsoft-guru husband, she's a fearlessly opinionated partner; to fellow private-school mothers in Seattle, she's a disgrace; to design mavens, she's a revolutionary architect, and to 15-year-old Bee, she is a best friend and, simply, Mom.

Then Bernadette disappears. It began when Bee aced her report card and claimed her promised reward: a family trip to Antarctica. But Bernadette's intensifying allergy to Seattle--and people in general--has made her so agoraphobic that a virtual assistant in India now runs her most basic errands. A trip to the end of the earth is problematic.

To find her mother, Bee compiles email messages, official documents, secret correspondence--creating a compulsively readable and touching novel about misplaced genius and a mother and daughter's role in an absurd world.
 
Bernadette est une architecte visionnaire, elle est écologique avant son temps.  Après plusieurs fausses couches, elle accouche d'une petite fille ayant une malformation au cœur.  Elle doit subir plusieurs opérations et dans ses prières, Bernadette fait vœux de ne plus rien réaliser si sa fille passe au travers.  Bee a 14 ans, elle est en pleine forme et sa mère tient sa promesse.  Bernadette est une maman adorable, mais elle a quelques manies qui dérangent les voisins et les autres mères de l'école!  Elle ne participe pas aux activités scolaires, commande du restau tous les jours parce qu'elle ne cuisine jamais et fait appel à une assistante virtuelle pour gérer ses achats...  Un jour Bernadette disparaît et Bee est déterminée à la retrouver.
 
C'est un roman original dans son concept.  Articles de magazines, courriels et fax échangés entre divers parties, enquête de la police, prospectus et autres formes de documents composent ce texte.  L'idée me plaisait, mais je me suis ennuyée pendant les trois quarts du livre.  Ce n'est que lorsque Bernadette fût disparue que mon intérêt est apparu.  Dommage, la couverture me plaisait et j'avais lu de bonnes critiques, mais je ne peux pas dire que j'ai ri aux éclats.  En qui concerne la version originale, j'ai compté plus de 25 mots dont j'ignorais le sens.  J'étais tellement pressée de terminer ce roman que je n'ai même pas pris la peine de chercher leur signification!  Sans compter que Bernadette déteste les Canadiens... jusqu'à l'avent dernière page où enfin elle avoue que nous sommes gentils! ahahah
 
Traduction disponible chez Plon: Bernadette a disparu.
 
 
 

9 commentaires:

Louise a dit...

Je l'ai lu (en français), il y a beaucoup de passages amusants, ce personnage est complètement disjonctée, mais j'ai trouvé des lourdeurs aussi, et finalement j'ai eu du mal à le finir.

Jules a dit...

Louise: voilà bien dit! On se perd dans des histoires sans fin...

Alex Mot-à-Mots a dit...

Evidemment, si le personnage principal est canadophobe !

Marie-Claude Rioux a dit...

Lu l'été dernier. J'avais accroché sur la couverture anglaise! http://hopsouslacouette.blogspot.ca/2014/08/ou-se-cache-bernadette.html
Avec le recul, le souvenir que j'en garde est plus mitigé...

Jules a dit...

Alex: disons que tout ce qui sort de Los Angeles ne lui plaît pas beaucoup! Et Seattle étant sur la frontière canado-américaine, elle nous a choisi comme cible! :)

Marie-Claude: c'est surtout la couverture qui m'a accrochée... ça m'apprendra!!

Sandrine(SD49) a dit...

Un abandon pour moi ....

Suzanne a dit...

Je l'ai terminé la semaine dernière et mon billet est à venir. J'avoue que je ne garderai pas un grand souvenir de cette lecture.

Jules a dit...

Sandrine: je crois que si je ne l'avais pas acheté, je n'aurai pas forcé...

Suzanne: moi non plus! Surtout toute cette histoire de mûres qui poussent partout... bof bof

yueyin a dit...

J'avais bien aimé moi, ce personnage était vraiment déjanté et intéressante :-) mais je ne me rappelais même pas qu'elle n'aimait pas les canadiens tsssss :-)
par contre je l'ai lu en français :-)