lundi 14 novembre 2016

Contre coups, Nathan Filer.

Matthew a 19 ans et c’est un jeune homme hanté. Hanté par la mort de Simon, son grand frère, dix ans auparavant. Hanté par la culpabilité. Matthew souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer enfin, il écrit, dessine, tente de remonter le fil du temps. Il raconte l’enfance étouffée par le deuil, l’adolescence synonyme de lente descente dans la folie, l’internement…Bouleversant, souvent drôle, Contrecoups est une sublime ode à la tolérance et à l’acceptation.
 
Contre coups est un roman que j'avais acheté à sa sortie en V.O.  Comme plusieurs de mes livres, il est resté longtemps dans la PAL... C'est en voyant la très belle couverture de cette édition francophone que j'ai eu envie de le lire rapidement. Ce roman a connu beaucoup de succès et remporté plusieurs prix littéraires.  Nathan Filer est infirmier spécialisé en psychiatrie de formation.  Il est poète à ses heures et Contre coups est son premier roman.  Si l'auteur est parfois difficile à suivre dans la chronologie de l'histoire dans un même chapitre, il a fait de Matthew un personnage ultra complexe!  Ce jeune homme se sent en partie responsable de la mort de son grand frère dans un camping anglais.  Si le lecteur ne sait que vers la toute fin de quoi relève le décès de Simon, ce n'est pas le plus important dans le roman.  L'état psychologique de Matthew est la plus grande problématique. Il n'est rien mentionné de tel dans le livre, mais je pense que la schizophrénie de Matthew est reliée à l'usage du cannabis (comme étant l'élément déclencheur).
 
Contre coups n'est pas vraiment un page turner et si vous ne réussissez pas à développer un peu d'empathie pour le personnage principal, c'est foutu!  Il dessine, se rappelle des souvenirs et tente de les coucher sur papier à partir d'une vieille machine à écrire offerte par sa grand-mère avec qui il a une relation de confiance.  D'ailleurs, elle le supporte beaucoup et ses visites chez ce petit-fils sont assez touchantes.
 
"On est égoïstes, ma maladie et moi.  On ne pense qu'à nous.  On façonne le monde qui nous entoure sous forme de messages, de murmures secrets prononcés à notre seule intention."

Je ne sais pas si Nathan Filer a d'autres histoires à raconter et si elles seront toujours reliées au domaine psychiatrique, mais ce premier roman est pas mal malgré quelques redondances.
 
ISBN: 9782264065995

2 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Il m'a beaucoup plus, ce roman. La manière dont l'auteur amène la maladie mentale sur le tapis est assez originale. Je tends à penser que sa forme éclatée plaira surtout aux ados, lectorat à qui est abord destiné ce roman.

Jules a dit...

MC: un peu éclaté en effet!