mercredi 8 juin 2016

Les derniers jours de Rabbit Hayes, Anna McPartlin.

Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre.

 Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.

 Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.
Anna McPartlin nous fait partager ces neuf journées si spéciales dans la vie de Rabbit et de ses proches. Mélancolique et drolatique à la fois, Les Derniers Jours de Rabbit Hayes nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit sur le deuil déborde d’un optimisme rare et nous rappelle que, quelles que soient les circonstances, il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.
 
Quand le cancer du sein refait son apparition avec en prime des métastases, Rabbit Hayes n’a qu’une idée en tête : vivre comme elle l’entend. Vivre à sa manière auprès de sa fille Juliet et le reste de sa famille.  Rabbit Hayes est têtue et persévérante.  Le cancer n’a qu’à bien se tenir!  Mais vous l’aurez deviné, elle a un peu perdu la partie…

Les derniers jours de Rabbit Hayes est un roman que j’aurais voulu dévoré en un minimum de temps, mais il a fallu que je m’arrête, que je prenne une pause, que je lise autre chose.  Non pas parce que c’est lourd, mais parce que ce livre a fait revenir à la surface quelques souvenirs de ma propre expérience avec le cancer, le décès de ma mère après 22 mois de combat.  Lire ce roman, c’est repasser par toutes les étapes d’une mort éminente.  L’annonce aux proches, l’acceptation du deadline, la succession à régler, les funérailles à planifier et dans le cas de Rabbit, la garde de Juliet, sa fille de 12 ans. 

Oui, c’est tragique.  Oui, c’est triste, mais c’est un terme que plus fort que poignant que j’aurais voulu inclure dans ce billet.  Plus d’une fois, j’ai eu la boule dans la gorge.  Plus d’une fois, j’ai versé une larme.  Plus d’une fois, j’ai senti une pression dans la poitrine.  L’auteure a fait en sorte que je devienne presque une Hayes moi aussi, vivant avec autant d’émotions qu’eux le départ de Rabbit.

Ce n’est pas un roman si déprimant, c’est plutôt une balade down the memory lane pour Rabbit Hayes. Entourée de ses meilleurs amis, des parents formidables, de son frère adoré Davey et de sa grande sœur Grace, elle a eu une existence heureuse.  Les lecteurs ont donc droit à plusieurs bons épisodes de la vie de cette femme tellement positive, enjouée et épanouie.

Pas de surprise ici, on sait que le personnage meurt à la fin, mais Anna McPartlin a fait en sorte que cette fin soit une des plus belles et des plus romantiques… Vous trouvez cela étrange?  Je devrais peut-être vous dire que Rabbit a un jour vécu une histoire d’amour inoubliable qu’elle n’a jamais voulu lâcher… même à la fin de tout.

« - Quand le moment sera venu, Rabbit Hayes, tu lâcheras prise, et, en attendant, on est tous là pour toi, ma belle. »
 
Mention spéciale pour la couverture qui est une des plus belles de ma bibliothèque!  Très printanier comme on me l'a souligné ailleurs...
 
ISBN: 9782749141732

5 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Il m'attend sagement... Ce sera pour très bientôt, surtout après la lecture de ton billet.
La couverture est vraiment magnifique et ne fait pas mélo du tout.

Alex Mot-à-Mots a dit...

Tu sembles touché par cette lecture. On sent qu'elle a fait écho en toi.

Suzanne a dit...

J'ai vraiment aimé et j'en garderai longtemps un beau souvenir de lecture.

Jules a dit...

Marie-Claude et Alex: il m'a beaucoup touchée parce que je suis malheureusement passée par tout ce processus. SInon, ça reste une belle histoire d'une famille unie qui traverse une grosse tempête...

Suzanne: c'est quand même un feel good book malgré le sujet!

Stephie a dit...

Il faut que je le lise cet été !!