dimanche 31 janvier 2016

L'aviatrice, Paula McLain.

Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s'installe au Kenya en 1904. Très vite abandonnée par sa mère, elle est élevée par son père – entraîneur de chevaux de course – et par les natifs de la tribu Kipsigi, qui vivent sur les terres paternelles. Cette éducation non-conventionnelle pour quelqu'un de son rang fait d'elle une jeune femme audacieuse et farouche, qui voue un amour sans bornes à la nature sauvage et se moque de la bienséance. De mariages ratés en liaisons contrariées – elle tombe éperdument amoureuse de Denys Finch Hatton, l'amant de l'auteure Karen Blixen –, Beryl va peu à peu s'imposer comme l'une des femmes les plus singulières de son temps. Elle sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d'est en ouest...

Avec pour décors les paysages majestueux de l'Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l'histoire d'une femme hors du commun qui n'aspire qu'à être libre.
 
 "Pendant la brève cérémonie, Karen laissa sa tête tomber sur sa poitrine et j'eus envie de la prendre dans mes bras.  J'étais la seule personne à mesurer l'étendue de sa perte, elle était la seule susceptible de comprendre de quoi était fait mon chagrin.  Sauf qu'il s'était produit un retournement de situation.  Les dieux lui avaient peut-être volé Denys mais, maintenant qu'il était mort, elle reprenait possession de lui.  Nul n'aurait songé à mette en doute la force de leurs liens, ni qu'elle l'avait aimé, ni qu'il avait été au centre de sa vie.  Un jour, elle le coucherait sous sa plume et son écriture scellerait à jamais leur amour.  Des ces pages-là, je serai absente."

Le livre dont parle Beryl Markham dans ce paragraphe est La ferme africaine.  Un roman que j'ai dévoré, tant offert en cadeau et que je relirai certainement plus d'une fois dans ma vie!  L'aviatrice n'était pour moi que la suite du précédent ou un complément.

L'auteure s'étant inspirée d'un livre écrit par son personnage principal, elle retrace sa vie de ses premiers jours jusqu'à la mort de l'amour de sa vie, Denys.  Si Beryl Markham a d'abord été la première femme dompteur de chevaux en Afrique, elle a aussi été la première femme à traverser l'Atlantique en avion. Ses succès en carrière sont à l'opposé de ses succès en amour.  Mariée plus d'une fois,  son coeur ne balance qu'entre les plaines africaines et Denys, si bien interprété par Robert Redford dans Souvenirs d'Afrique (Out of Africa, 1985) tiré du roman de Karen Blixen.

L'aviatrice sera probablement dans mon top 5 de l'année parce qu'elle m'a fait revenir sur ces beaux portraits d'Afrique que j'avais tant appréciés dans le roman de Blixen.  On y décrit si bien la vie dans ces colonies parfois hostiles (lions, serpents, aridité, etc.).  Comme avec La ferme africaine, je suis partie en voyage dans une contrée lointaine (Kenya en grande partie) que je ne connais pas.  L'histoire se déroulant au début du vingtième siècle, il faut voir comment le peu de confort peut parfois forger un esprit...  Beryl Markham ne s'est jamais laissée intimider par cela.  Née là-bas, elle ne connaissait que cela et elle mis à profit ses talents et ses passions en devenant pilote de brousse!  C'est une grande femme au destin particulier.  L'aviatrice lui rend un vibrant hommage. C'est passionnant.

Pas besoin de vous dire que c'est un vrai coup de coeur que je vous conseille tout autant que La ferme africaine.
 
ISBN: 9782258118492

3 commentaires:

Ch. B a dit...

Je l'avais noté après l'avoir vu entre les mains de Gérard Collard, ce livre commence à faire son chemin...

Alex Mot-à-Mots a dit...

Une année de lecture qui commence en beauté !

Jules a dit...

Ch.B: tant mieux, il vaut le détour! C'est un beau portrait de femme inhabituel.

Alex: tout à fait! j'en suis ravie!