mercredi 8 avril 2015

Abandon de lecture p. 78... Forêt contraire, Hélène Frédérick.

« Je ne marchais plus droit, et j’avais la liberté qui me brûlait entre les jambes. »

La jeune femme qui habite intensément ce roman choisit de fuir Paris, sa ville d’adoption, pour rejoindre la forêt d’Inverness, au Québec. Elle s’installe incognito dans le chalet familial à l’abandon, peuplé d’absents, de cicatrices, de silences.

Installée dans ce refuge provisoire, elle fait la connaissance d’André, un ancien comédien, et travestit son passé sous un prénom d’emprunt, Sophie. Au hasard de ses lectures, remonte à la surface le souvenir d’un intellectuel allemand d’extrême gauche, croisé à Montréal, puis disparu avant que Sophie n’ait pu approfondir ce qui l’attirait vers lui. Un troublant jeu de masques fait alors surgir entre ces êtres l’ambiguïté de la fiction.

Un abandon à la moitié du livre car je ne me crois pas disposée en ce moment pour lire le récit d'une introspection très profonde.  Je suis certaine qu'un public plus philosophe sera charmé par l'histoire de cette jeune femme fauchée qui a fuit Paris pour venir s'installer dans le chalet abandonné de sa famille en pleine forêt canadienne.  Loin d'eux et de tout, elle s'adonne au vin, au tabac, au pot, à la lecture et règle ses comptes avec un homme plus âgé de son passé à travers les écrits de celui-ci... Voulant être certaine d'être incognito, elle se donne le pseudonyme de Sophie lorsqu'un intrus habitant un chalet voisin se présente à sa porte.  Elle parle d'elle à la troisième personne et recense des souvenirs qui ont malheureusement eu peu d'intérêt à mes yeux.

"Paris est un luxe que les gens comme vous et moi ne peuvent plus se payer."
 
ISBN: 9782923975481

10 commentaires:

Marie-Claude Rioux a dit...

Oh! Décidément, bien des lectures laissées en plan ce mois-ci... Tu n'es pas la seule!

Jules a dit...

MC: oui, en voilà une de plus. J'ai essayé très fort, mais je crois que je n'ai pas la carrure nécessaire pour celui-là!

Marie-Claude Rioux a dit...

En passant, j'ai eu une grosse déception dernièrement avec un roman paru chez Héliotrope. Je ne peux pas en parler pour le moment! Ce sera mon premier billet pour La Recrue...

Jules a dit...

MC: j'ai Sur la 132 dans la pile, j'espère que j'aimerai! Je sais c'est lequel... :p

Mélissa Verreault a dit...

Oh, c'est dommage!

C'est un très beau livre. La fin m'a un peu déçue, j'ai trouvé que c'était justement les 100 premières pages qui étaient les plus prometteuses, mais il reste qu'Hélène Frédérick a une voix bien à elle que j'ai beaucoup appréciée - très poétique, nerveuse, philosophe. Tu te réessayeras plus tard ;)

Jules a dit...

Mélissa: je ne sais pas. Je crois que je ne suis pas assez philosophique pour en saisir tout le sens justement...

Alex Mot-à-Mots a dit...

Page 78, ce n'est pas un peu tôt, non ? ;-)

Jules a dit...

Alex: c'est la moitié! C'est assez...

Topinambulle a dit...

J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est une auteure que je veux suivre, surtout qu'elle est originaire de mon coin de pays ! Mais bon, on ne peut pas tout aimer, c'est bien normal ;)

Jules a dit...

Topi: tu es de celles que j'admire pour leur niveau intellectuel. Tes billets le démontre bien. Moi, je crois que je suis plus "basic" et je n'arrive pas à lire entre les lignes et à analyser la pensée du personnage...