jeudi 8 janvier 2015

Esprit d'hiver, Laura Kasischke.

Lorsqu’elle se réveille ce matin-là, Holly, angoissée, se précipite dans la chambre de sa fille. Tatiana dort encore, paisible. Pourtant rien n’est plus comme avant en ce jour de Noël. Dehors, le blizzard s’est levé ; les invités ne viendront pas. Au fil des heures, ponctuées par des appels téléphoniques anonymes, Tatiana devient irascible, étrange, inquiétante. Holly se souvient : l’adoption de la fillette si jolie, treize ans auparavant, en Sibérie… Holly s’interroge : « Quelque chose les aurait suivis depuis la Russie jusque chez eux ? »
 
J'ai triché, j'ai  mis de côté mes deux grosses briques pour m'attaquer à ce petit roman... terrifiant!
 
C'est le 25 décembre, toute la maisonnée s'est levée en retard afin de se préparer à accueillir les invités en ce jour de Noël.  Tout va de travers.  La situation se résume à ceci: Eric est en retard à l'aéroport pour récupérer ses parents, finalement les routes sont bloquées et personne ne peut se déplacer, Tatiana a des comportements étranges, Holly en profite pour revisiter tous les souvenirs depuis l'adoption de sa fille en Sibérie et le téléphone ne cesse de sonner pour des appels inconnus.  Un roman étrange, très lourd, très mystérieux.  Patiente comme je suis, à un certain moment, j'avais envie de hurler: "Dîtes-moi ce qui se passe!"  Et ce n'est qu'à la toute fin que j'ai eu ma réponse.  Une fin surprenante à laquelle je ne m'attendais pas du tout.  C'est un thriller psychologique bien ficelé, mais la route pour arriver à nos fins est trop longue.  J'avais hâte de sortir de cette ambiance et je n'ai pas su m'attendrir devant l'expérience d'adoption en Russie de Holly et Eric.  À dire vrai, j'ai même sauté quelques pages. 
 
Sur la blogosphère, les avis sur ce roman sont très mitigés, j'aurais dû me méfier...
 
ISBN: 9782253194323

16 commentaires:

Alex Mot-à-Mots a dit...

Quel dommage, j'avais bien aimé cette lecture un peu étrange.

Jules a dit...

Alex: je crois que je ne suis pas assez patiente pour ce genre d'histoire qui tourne en rond jusqu'à l'avant dernière page!

Marie-Claude Rioux a dit...

J'ai été traumatisé par la fin! Je ne l'avais pas vu venir du tout. J'ai un peu de difficulté avec Kasischke en général. Je les ai presque tous lu. J'ignore si j'aime ou non. Mais il y a toujours un malaise quelque part. Parfois, c'est bienvenue, comme ici. D'autres fois, j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps!

Jules a dit...

Marie-Claude: tu as bien défini le bobo avec cette auteure! Heureusement que la fin était spectaculaire, parce que sinon je pense que j'aurais lancer le roman au bout de mes bras...

Emma a dit...

Des avis très différents suivant les personnes, au final, je ne l'ai toujours pas lu mais il est sur ma PAL !

Jules a dit...

Emma: oui, j'ai remarqué que c'est au moins 50/50 pour ce roman!

Camilla a dit...

C'est dommage, je ne pense pas que ce soit une lecture pour moi... :)

Jules a dit...

Camilla: en tout cas, il faut beaucoup de patience!!

écureuil bleu a dit...

Tu ne m'incites pas à le lire car je ferai comme toi : je sauterai à la fin. Bonne soirée

myprettybooks a dit...

J'avais eu beaucoup de mal à lire ce livre, il est vraiment spécial!

Jules a dit...

Écureuil: il faut quand même en lire un bout pour comprendre la fin! :)

Prettybooks: trop spéciale! Le roman prend tout son sens dans les deux dernières pages, mais c'est trop long avant d'y arriver!

Nelfe a dit...

Ah non pas mitigé de mon côté. J'ai vraiment aimé ce roman.

Saleanndre a dit...

Je comprends qu'on puisse se sentir oppressé (et pressé !) à la lecture de ce livre. Je t'avoue avoir moi aussi été tentée de sauter des pages, mais finalement le style de l'auteur m'embarque à chaque fois, et je lis vite, vite jusqu'à la fin (horrible ici ...)

Jules a dit...

Saleandre: J'ai lu un ou deux livres de l'auteure et je crois qu'elle n'est pas pour moi...

Praline Pralineries a dit...

J'aime la façon qu'a Kasischke de nous mettre mal à l'aise, de ne plus comprendre ce qu'il se passe. Pour cet opus, dont j'avais plus ou moins deviné la fin, je n'ai pas ressenti ta lassitude. La répétition accentuait le malaise, histoire de nous préparer à la page finale.

Jules a dit...

Praline: ah non, elle a trop joué avec mes nerfs pour que j'apprécie l'histoire! :)