mardi 27 janvier 2015

Abandon... Nous étions le sel de la mer, Roxanne Bouchard.

« C'est Vital. Ça a l'air qu'il a ramassé un cadavre dans ses filets. Il l'a dit dans sa radio. Tu veux qu'on t'en raconte, des histoires de marins? Reste avec nous autres pis tu vas en voir, la p'tite! »

Ce matin-là, Vital Bujold a repêché le corps d'une femme qui, jadis, avait viré le cœur des hommes à l'envers. En Gaspésie, la vérité se fait rare, surtout sur les quais de pêche. Les interrogatoires dérivent en placotages, les indices se dispersent sur la grève, les faits s'estompent dans la vague, et le sergent Moralès, enquêteur dans cette affaire, aurait bien besoin d'un double scotch.

Abandon p.54

Un abandon qui fait mal.  Parce que Whiskey et paraboles est un livre coup de cœur de tous les temps, je m'attendais peut-être à autre chose...

Un abandon parce que les "Saint-Ciboire de câlisse" et les "Hiiii... Tu t'ennuies en maudit!" étaient plus nombreux que les "L'exotisme, c'est un leurre, doc, un divertissement temporaire pour les amateurs de photos qui font du scrapbooking avec leur vie." et les "Je me penche par-dessus bord.  Dans le miroir brisé de l'eau, je suis un vitrail explosé, une mosaïque éclaboussée, une mémoire dysfonctionnelle au temps désajusté, un amas d'images en vrac qu'un orfèvre fou a agencé dans un ordre dyslexique."

Je suis incapable de poursuivre...

8 commentaires:

Suzanne a dit...

Hon tu me vois vraiment désolée que tu n'as pas été capable de poursuivre dû à ces ''tics'' de langage car ce roman est vraiment excellent.
Par contre, je comprends que ces ''sons'' et répétitions agacent les non habitué(es) à ce drôle de langage. Dans certains petits villages de la Gaspésie, je me souviens que les vieux pêcheurs accompagnaient leurs récits très souvent de bout d'phrases répétitifs et aussi de sacres. D'accord aujourd'hui ça arrive plus rarement mais bon. Je trouve que l'auteure a su fort bien accompagner son récit de ces mauvaises habitudes mais bon elle a respecté la culture des vieux habitants de ce village.

Mais je comprends que ça peut tomber sur les nerfs ;-)

Suzanne a dit...

Grrrr, lire: '' que tu n'aies pas été capable au lieu de ''que tu n'as ......

Mes excuses.

Jules a dit...

Suzanne: je considère qu'une cinquantaine de pages sont suffisantes pour accrocher ou pas... malheureusement, l'hameçon est passé à côté! :p

Suzanne a dit...

Je comprends.
Psstt: beau jeu de mot ;p

Marie-Claude Rioux a dit...

Ah! Ah! Tu es convaincante! Ça ne donne pas le goût du tout! Je passe mon tour!

Jules a dit...

Marie-Claude: bon, là c'est vrai que tout le monde va m'en vouloir! ahaha

Marguerite a dit...

Malgré tout, j'ai le goût de le lire. J'ai lu tant de bonnes critiques, tu es peut-être l'exception qui confirme la règle ? :)

Jules a dit...

Marguerite: voilà ce que je me dis! :)