samedi 7 mars 2015

Muse, Mary Novik.

Solange Le Blanc voit le jour dans les rues animées de l’Avignon du XIVe siècle, ville inféodée au pape et à son palais. Après la mort de sa mère, une prostituée, Solange est élevée par des bénédictines, qui reconnaissent en elle une clairvoyante. Formée dans le scriptorium de l’abbaye, mais en proie à des visions troublantes, elle s’enfuit et retourne à Avignon, où elle travaille comme scribe. C’est là qu’elle rencontre Pétrarque, poète charismatique et ambitieux, devenant non seulement son amante, mais aussi la muse à l’origine de ses illustres poèmes. Plus tard, le don de prophétie de Solange séduit le pape Clément VI, qui fait d’elle sa maîtresse et sa confidente. Elle joue ainsi un rôle de premier plan dans l’une des plus célèbres cours d’Europe. Lorsque la peste dévaste Avignon, Solange doit se défendre contre des accusations de sorcellerie en plus de trouver un asile sûr pour elle et ses êtres chers. Cette saga historique, ample et foisonnante, reconstitue admirablement les débuts de la Renaissance, entre l’ombre du passé et la promesse d’un nouvel éveil culturel.

Lorsque j'ai choisi ce roman, j'avais très envie de me plonger dans un roman historique.  Mission accomplie!  Muse m'a transportée dans les rues d'Avignon au XIVe siècle où une femme seule sans condition avait très peu de chance de s'en sortir.  Confiée très jeune à des bénédictines, elle fait son éducation de scribe, un métier qui la sauvera des bordels.  Amoureuse d'un poète italien qui trouve son inspiration dans les bras d'une femme noble, elle suivra son sillon pendant plusieurs années.  N'hésitant pas à devenir la maîtresse d'un pape pour sauver sa peau, Solange doit continuellement être sur ses gardes pour demeurer en vie.  Je suis peut-être un vague dans ma description, mais ce roman en est un d'aventures!  La position de la femme étant ce qu'elle est à cette époque, l'héroïne de ce roman ne peut jamais se poser sans surveiller ses arrières...

"Mais j'étais meilleure scribe.  C'était ma vocation et je m'y consacrais corps et âme.  J'avais le projet de devenir une scribe de renom, l'une des rares bénédictines dont la signature, à la fin d'un manuscrit magnifiquement calligraphié, serait connu dans toute l'Europe."

 Mary Novik élargit nos connaissances avec un vocabulaire correspondant à cette période de l'Histoire et au métier de scribe.  Les habits de ses personnages sont une expérience littéraire en soi et les rues d'Avignon une balade dans un monde des plus dangereux aux effluves nauséabondes...  Le roman historique n'étant pas ma tasse de thé en général, j'ai trouvé que Muse en était un très accessible et agréable à lire.

Le premier roman de Mary Novik, Conceit, mettait en scène la fille du poète anglais John Donne.  Cet ouvrage s'est mérité des prix et a également été finaliste au prix Giller.  Avec Muse, l'auteure nous prouve donc que le roman d'époque lui sied très bien.  Cette lecture m'a fortement donné envie de poursuivre mon aventure avec Mary Novik en lisant Conceit qui n'est malheureusement pas traduit en français.

Le site de l'auteure canadienne ici.
                                
ISBN: 978-2-89723-407-2

4 commentaires:

Opaline a dit...

AH! Jules, c'est pas juste, tu me donnes encore plus envie de le lire! (C'est moi qui a dit que je le voulais sur FB!)

Jules a dit...

Opaline: oui, je te reconnais! :) Moi j'ai très envie de lire Conceit maintenant!!

Alex Mot-à-Mots a dit...

Tu vas donc être obligé de lire en anglais.....

Jules a dit...

Alex: peut-être que le succès de celui-ci amènera une traduction pour Conceit?!