lundi 16 octobre 2017

Tortues à l'infini, John Green.

Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis.
Aza essaye d'être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant prise dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.
Aza, Daisy, Davis, trio improbable, trouvent en chemin d'autres mystères et d'autres vérités, celles de la résilience, de l'amour et de l'amitié indéfectible.

Après "Qui es-tu Alaska ?" et "Nos étoiles contraires", John Green signe son livre le plus personnel, celui qu'il veut écrire depuis de nombreuses années. Avec une lucidité bouleversante, ses personnages inoubliables racontent sa propre maladie, au cœur de sujets aussi intimes qu'universels : la difficulté à vivre, la quête d'identité.

Tendresse sans complaisance, écriture percutante, humour rédempteur, John Green l'incomparable vous fera rire, sourire et pleurer, plus que jamais.
 
Malgré le fait que je possède tous les romans ou presque de John Green, je n’en ai lu aucun!  Tortues à l’infini est donc ma première expérience avec l’auteur.  Ce qui ne me met pas en bonne position pour confirmer si c’est un de ses meilleurs romans ou pas.  Alors, je vais vous dire ce que j’ai aimé ou pas.
 
Aza est une jeune femme de 16 ans qui doit vivre avec la maladie mentale.  Sous médication, elle n’est pas assidue et omet parfois plusieurs comprimés.  Rien pour calmer ses angoisses et ses pensées qui s’emballent régulièrement.  On parle ici de spirales qui tournent en boucles, incapables de s’arrêter.  Même si Aza tente d’être rationnelle, de se raisonner, elle n’y arrive pas!  C’est un personnage complexe.  Elle craint la maladie, mais en même temps, elle s’auto inflige une blessure sur un doigt en maintenant la plaie ouverte tout en l’aspergeant de liquide désinfectant.  Elle fonctionne très bien en société car elle fréquente l’école, réussit très bien et a plusieurs amis, mais chaque jour est un nouveau défi.
 
L’histoire début lorsque le papa de Davis, un ancien copain de camp d’été d’Aza est porté disparu.  La famille Pickett est très riche et une récompense est offerte à la personne qui peut le retrouver.  Aza et son amie Daisy voient ainsi l’opportunité d’empocher 50 000$ chacune.  Elles commencent leur enquête en s’aventurant sur le domaine familial.  Prises sur le fait, c’est l’occasion pour Aza de retrouver Davis pour lequel elle a toujours eu un petit crush.  Mais voilà, avoir des contacts physiques lorsqu’on a peur des microbes…  La bataille que se livre cette jeune femme est remarquable.  L'auteur a su bien décrire l'état psychique d'une personne atteinte de cette pathologie.  Étant conscients de la problématique, ils en sont encore plus frustrés...

"Tout va bien, tu peux l'embrasser sans problème tu dois vérifier quelque chose tout va bien essaie d'être normale pour une fois il faut que tu saches si ses microbes sont restées en toi des milliards de gens s'embrassent et ne meurent pas pour autant assure-toi que ses microbes ne vont pas te coloniser de façon permanente aller arrête ça il pourrait avoir la campylobacter il pourrait être un porteur sain de E.coli attrape ça et tu seras obligée de prendre des antibiotiques et alors tu seras contaminée par la CD et boum tu seras morte en quatre jours stop putain embrasse-le VÉRIFIE RAPIDEMENT POUR ÊTRE TRANQUILLE."
 
C’est un roman classé dans la section Jeunes adultes, mais les dialogues sont matures et très riches.  La poésie est une partie essentielle du personnage de Davis et les citations choisies sont magnifiques. Là où moi je descends du train, c’est lorsque des adolescents arrivent à résoudre des énigmes que la police n’a pas résolues.  C’est de la fiction, j’en conviens, mais chez moi ça ne passe pas bien.
 
Outre cela, c’est un roman qui se lit très bien.  Certains moments sont très touchants et je suis passée à deux doigts de pleurer à la fin!  De quoi augmenter mon envie de lire tous les autres romans de l’auteur qui m’attendent sagement sur la tablette…
 
ISBN: 9782075097444

samedi 14 octobre 2017

Quoi de neuf dans ma PAL?

De grosses pointures dans ma boîte aux lettres cette semaine!
 
 
"Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis."

"À la ferme, les animaux dorment paisiblement. Puis retentit tout un vacarme. Qui est donc coincé dans la grange ?
Rencontres étonnantes, nouvelles amitiés, tournoi de soccer mémorable…
Gertrude et ses compagnons sont bel et bien de retour dans une nouvelle aventure !
Meuh quelle journée !"
 
 
"Destiné aux jeunes, ce livre retrace les moments clés de la vie de Riopelle : la naissance de sa vocation artistique, ses sources d'inspiration et les techniques particulières qu'il utilisait pour peindre."
 
En octobre, Scholastic offre une belle sélection de livre pour l'Halloween.
 





 
BONNE FIN DE SEMAINE!
 

jeudi 12 octobre 2017

Jolie sorcière, De Canizales.

Une sorcière a un rendez-vous avec un ogre. Un lapin lui dit qu'elle serait plus belle avec un nez plus fin, un renard lui dit qu'elle serait plus jolie avec un menton moins pointu et une souris lui dit qu'elle serait avantagée par des cheveux plus clairs. La sorcière les écoute et, d'un coup de baguette magique, transforme complètement son apparence avant de rencontrer l'ogre… qui ne la reconnaît plus!
 
D'un deuxième coup de baguette, elle retrouve son apparence, puis invite l'ogre à partager un bon repas : ragoût de lapin, rôti de renard croustillant et souris farcie cordon bleu.
 
Un album qui aborde la beauté, mais surtout l'importance de s'entourer de gens qui nous aiment pour ce que nous sommes.

À l'approche de l'Halloween, j'aime bien lire avec fiston quelques albums sur le sujet. Comme notre moment de lecture est juste avant le dodo, je préfère que l'histoire ne soit pas trop hard et que les images n'incitent pas au cauchemar.  Jolie sorcière a bien rempli cette mission. 

Premier moment cocasse de cet album, c'est lorsque jolie sorcière doit choisir sa tenue pour le pic-nic. Que trouve-t-on dans une penderie de sorcière?  Des robes noires, voyons! Pour un pic-nic... Ensuite, que fait-on lorsqu'on a des cheveux en fil de fer, un nez en patate et le dos courbé? On utilise sa baguette magique, voyons!

Mais voilà, tous ces artifices ne plaisent pas à l'ogre.  Il veut sa sorcière et non pas une copie enjolivée!  Il a les valeurs à la bonne place, lui!

La fin vous surprendra et je vous mets au défi de ne pas avoir un petit haut-le-cœur en lisant le menu de ce pic-nic inusité... Et gare à ceux qui oseraient donner de mauvais conseils... Ha ha ha ha ha (entendez rire de sorcière en écho).

J'insiste souvent auprès de fiston qui est souvent mis au défi par les petits copains, les vrais amis nous aiment tel que nous sommes. C'est important de le répéter.

3 à 8 ans
Scholastic
ISBN: ISBN 9781443159685

mercredi 11 octobre 2017

La princesse de partout, Lucie Bergeron et Nathalie Taylor.

C’était une princesse de rien et de tout. Elle avait son royaume dans sa poche, mais sans lui auprès d’elle, tout allait de travers…

Acrobates, villageois et gardes du château la protégeaient. Cuisiniers et peintres l’encourageaient. Mais quand elle commença l’école, portant sa nouvelle robe sans poche, elle se retrouva bien seule.
 
Voilà une toute autre façon de présenter la rentrée scolaire d'une petite fille! La princesse de partout a toujours eu son monde imaginaire dans sa poche.  Sur sa robe, son pyjama ou sa salopette elle a toujours eu son royaume dans cette toute petite poche mais oh! combien essentielle. Un royaume qui a toujours fait en sorte qu'elle réussisse dans tout ce qu'elle entreprenait, mais voilà que sa nouvelle robe pour l'école n'affiche que des marguerites et aucune poche.  La voilà bien dépourvue! Comment dire son nom? Comment faire de la gymnastique?  Comment peindre un tableau? Elle est maintenant  seule avec elle-même!  Plus personne pour l'aider dans ses réalisations.  Les amis de la classe se moquent, mais un jour elle prend son courage à deux mains et elle parle de ce royaume devant toute la classe.  Elle explique en quoi il était si particulier et elle fait maintenant l'envie de toute la classe car son monde imaginaire a séduit tous ses compagnons!
 
Sous le thème de l'école, de la famille et l'affirmation de soi.
 
3 ans et +
ISBN: 978-2-7644-3271-6

samedi 7 octobre 2017

Albertine ou la férocité des orchidées, Julie Boulanger et Amélie Paquet.

Trentenaire délurée et inaccomplie, Albertine Bouquet travaille comme écrivaine fantôme pour une polémiste réputée. Outre une affection incontrôlable pour les chats, Rambo et Hochelaga-Maisonneuve, elle porte un amour trouble à deux hommes aux antipodes l’un de l’autre, jusqu’à ce qu’elle rencontre Charlotte, qui pourrait brouiller les cartes.

De nouveaux projets viennent alors modifier sa trajectoire jusque-là chancelante. Plongée dans une exploration conjointe du monde de la finance et du désir féminin, Albertine tâtera d’expériences sensuelles et intellectuelles de plus en plus indissociables.

Résolument féminin et hautement provocateur, Albertine ou La féro­cité des orchidées joue avec les codes de la littérature populaire et amuse avec esprit.
 
Avec une telle couverture, c'était gagné d'avance pour que je m'intéresse à ce roman!  Pourtant, pas de fruit défendu ici.  Albertine s'assume complétement dans sa bisexualité.  Pas de remise en question, de culpabilité ou de crise existentielle.  C'est tellement rafraîchissant d'avoir un personnage qui endosse parfaitement ses élans, ses désirs.  Ça devient automatiquement tout aussi naturel pour le lecteur.
 
Albertine est une trentenaire qui se dit écrivaine, mais en plein syndrome de la page blanche.  Elle occupe ses journées comme secrétaire auprès de Rose Leduc, un personnage public.  Plusieurs projets s'offrent à elle, elle n'est donc pas en peine et Henri et Patrick se partagent ses soirées en alternance.  Bientôt une femme s'ajoutera à cet horaire déjà bien remplie et il y aura de la vapeur dans l'air!  C'est pas moi qui le dit, mais Albertine a des petits airs de nymphomane! Vous aurez donc compris que c'est un roman assez coquin...
 
C'est probablement ma première expérience de lecture d'un livre écrit à quatre mains, mais je n'ai senti aucune coupure dans le fil de l'histoire.  Il y a bien quelques répétitions dans les termes utilisés et les rues de Montréal ne sont toujours pas ma meilleure destination livresque pour m'évader, mais j'ai beaucoup aimé suivre Albertine dans ses aventures en tout genre.
 
ISBN:978-2-7644-3434-5

mercredi 4 octobre 2017

Les carnets de Cerise 01 - Le zoo pétrifié, Joris Chamblain et Aurélie Neyret.

Cerise est une petite fille âgée de 11 ans qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière. Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner leurs secrets. Comme Michel... Tous les dimanches, ce vieil homme s'engouffre dans
la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu'y fait-il donc toute la journée ? Et pourquoi a-t-il l'air si triste quand il rentre le soir ?
Suivez Cerise au cœur de la forêt, pour sa première enquête.
 

J'ai croisé cette BD à la bibliothèque et j'ai craqué! La couverture m'a fait de l'œil et je n'ai pas du tout été déçue du contenu!  Cerise est une jeune fille perspicace avec de grandes ambitions.  Elle veut devenir écrivaine et c'est par un journal intime qu'elle couche ses premiers mots sur papier. Il était une fois...  Elle trouve matière à sa première histoire dans un homme mystérieux qu'elle voit passer du haut de sa cabane dans l'arbre.  Avec ses deux meilleures copines, elles se lancent à la poursuite de ce vieux monsieur couvert de peinture.  Ce qu'elles découvrent est majestueux!  Cet homme est un peintre.  Un peintre de fresques plus vraies que nature.  Je ne vous dis pas ce qu'il peint car il faut bien se garder une petite surprise, mais vous serez certainement aussi émerveillés que moi, j'en suis convaincue. 

 

Lorsque des albums destinés aux enfants réussissent à me charmer autant que Cerise, je considère qu'ils dépassent la moyenne.  Bien sûr, je ne m'arrêterai pas là car j'ai très envie de découvrir la suite des aventures de Cerise!  En espérant que la suite soit aussi touchante, je vous dis que cet album a tout bon.

 


ISBN : 978-2-302-02009-2

lundi 2 octobre 2017

Tome 5: Agatha Raisin enquête - Pour le meilleur et pour le pire, M.C. Beaton.

Incroyable mais vrai  : James Lacey, le célibataire le plus convoité des Cotswolds, a cédé au charme de sa voisine, la pétillante quinqua Agatha Raisin  !  
Hélas, le conte de fées est de courte durée  : au moment où les tourtereaux s’apprêtent à dire «  oui  », Jimmy, l’ex-mari d’Agatha, surgit en pleine cérémonie… Furieux de découvrir que sa future femme est déjà unie à un autre, James abandonne Agatha, désespérée, au pied de l’autel.

Agatha Raisin est sur le point de marier son beau James Lacey, ce voisin qu’elle convoite depuis son arrivée à Cotswolds, mais pensez-vous vraiment que tout se déroulera sur des roulettes?! Pas tout à fait! Comme dans les films, quelqu’un s’oppose au mariage de celle-ci et c’est le début d’une longue aventure dangereuse! Tous les prétextes sont bons pour Agatha pour se mettre le nez dans la vase.  James et elle ne sont peut-être pas prêts pour le mariage, mais ils sont toujours d’attaque pour une nouvelle enquête.  Mais voilà, un malheur se produit à chaque nouvelle étape de leurs recherches. 

 
C’est parfois exagéré et les hasards sont parfois douteux, mais j’adore cette série!  Agatha est une femme en période d’acceptation de soi.  Avec une silhouette trapue qui s’épaissit avec l’âge, elle doit trouver des subterfuges pour réussir à conserver un brin charme auprès de l’homme qu’elle aime.  Parfois elle réussit avec un bâton de rouge, mais c’est souvent à coup de whisky qu’elle affronte la fatalité.  Le mal de bloc comme on l’appelle ici est une mensualité chez elle…

 
Cette série, c’est aussi toute l’atmosphère de la campagne anglaise avec ses pubs où tout le monde se connaît.  Les commérages vont bon train et lorsque James et Agatha se voient soupçonnées de meurtre, les portes se ferment et seuls les vrais amis demeurent auprès d’eux, comme la fameuse femme du pasteur qui a le nez fourré partout!  Une belle brochette de personnages compose l’univers de MC Beaton et avec près d’une trentaine de romans dans cette série, je n’ai pas fini de m’étonner du talent d’enquêtrice d’Agatha qui compense pour ses faibles talents culinaires dont elle fait la risée depuis le tout premier tome!

 
Voici tous les liens vers mes billets ou le site de l’éditeur pour tous les romans parus en français à ce jour.
 
Tome 3: Pas de pot pour la jardinière À venir
Tome 6: Vacances tous risques À venir
 
ISBN:9782226329967

samedi 30 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Encore quelques achats cette semaine surtout pour mon homme qui est pas mal plus à jour que moi dans ces deux séries!


"En 1558, les pierres patinées de la cathédrale de Kingsbridge dominent une ville déchirée par la haine religieuse. En Angleterre, le pouvoir passe de manière précaire des mains des catholiques à celles des protestants et Élisabeth Tudor devient reine. Toute l’Europe se dresse contre elle. La jeune souveraine, habile et déterminée, crée les premiers services secrets du pays, afin d’être avertie à temps des complots qui se trament contre sa vie, des projets de rébellion et des plans d’invasion."


"Lisbeth Salander purge une courte peine à la prison des femmes de Flodberga et fait tout ce qu’elle peut pour éviter les conflits avec les autres détenues. Quand elle prend la défense d’une jeune Bengladaise, elle est immédiatement défiée par Benito, la meneuse de la prison."
Un partenariat avec Denoël
 
 
"Fille de l’un des hommes les plus riches d’Haïti, Mireille Duval Jameson mène une vie confortable aux États-Unis. Mais alors qu’elle est en vacances à Port-au-Prince avec son mari Michael et leur bébé Christophe, Mireille est kidnappée. Ses ravisseurs réclament un million de dollars à son père."
 
Et voilà les surprises de la semaine dans la boîte aux lettres!
 

"Lorsque Zeba est retrouvée devant chez elle, le cadavre de son mari à ses pieds, il paraît évident aux yeux de tous qu’elle l’a tué. Depuis son retour de guerre, Kamal était devenu un autre homme, alcoolique et violent. Mais cette mère de famille dévouée est-elle capable d’un tel crime ?"


"Depuis toujours, Luc fait des rêves qui ne sont pas les siens. Sans qu’il sache comment ni pourquoi, comme s’il poussait la porte de la mauvaise chambre d’hôtel, il est régulièrement un intrus dans le subconscient de quelqu’un d’autre. Bien que cela ne lui ait jamais posé problème, tout bascule lorsqu’il se retrouve coincé nuit après nuit dans le rêve – ou plutôt le cauchemar – de Mathieu, un homme tourmenté."


"Pour faire l’expérience de l’émerveillement amoureux, il faut parfois que nous happe la souffrance de la solitude.
Comment un homme et une femme peuvent-ils se rencontrer, se découvrir, aspirer l’un à l’autre, se perdre, s’apercevoir entre les branches des luxuriantes forêts de la contingence, sublimer le besoin de leur présence mutuelle à travers l’immense vide de leur absence?"

BONNE FIN DE SEMAINE!

jeudi 28 septembre 2017

Tsunamis, Michel Jean.

« Dix ans plus tard, Colombo a changé. Mais la haine reste partout palpable. Elle s'est infiltrée dans l'air, s'est imprégnée jusque dans le béton des murs et l'asphalte des rues sales. »

En décembre 2004, un tsunami frappe le Sri Lanka, un pays déjà déchiré par une guerre civile qui dure depuis vingt ans. Le journaliste Jean-Nicholas Legendre est dépêché sur les lieux alors qu'il a du mal à se sortir de son propre tsunami intérieur.

 Chargé de couvrir les conséquences de la catastrophe, il se rend dans le Nord, contrôlé par les Tigres tamouls, qui s'opposent au gouvernement central majoritairement composé de Cinghalais. Les circonstances tragiques auxquelles Jean-Nicholas sera confronté l'amèneront à accepter le drame qui a bouleversé son existence et à se réconcilier avec la vie.

Parce que j’ai autant d’affinité avec la politique étrangère que le tango d’Argentine, on réaliserait rapidement que j’ai les deux pieds dans la même bottine au moment de m’exprimer sur ces sujets. Alors, j’ai choisi de lire Tsunamis comme un roman d’aventure.  Une grande aventure qu’entreprend un homme qui a tout perdu et qui profite de l’adrénaline  que provoque une catastrophe naturelle pour oublier sa propre catastrophe personnelle. 

 
Si je n’avais pas imaginé qu’il y aurait une suite à Un monde mort comme la lune, c’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé Jean-Nicholas Legendre dans le rôle d’un journaliste téméraire qui ne se contente pas de la moyenne mais qui a toujours à cœur de fournir des reportages au top de la profession.   S’il n’hésite pas à repousser les limites et prend lui-même beaucoup de risques, ils entraînent parfois son entourage dans des situations difficiles.  Apsara, son fixer au Sri Lanka a peut-être vu une belle opportunité de s’affirmer en tant que femme dans ce pays aux mœurs différentes des nôtres, mais elle n’a certainement pas signé pour ce que Jean-Nicholas lui fait vivre!  C’est un roman à suspense.  La guerre civile du Sri Lanka est complexe et je ne tenterai même pas de vous exposer les faits car Michel Jean le fait parfaitement mais disons que le mot sécurité a été banni du dictionnaire là-bas.  À un certain moment, c’est très intense et j’étais tellement absorbée par le destin de Jean-Nicholas que je n’ai pas porté attention à certains détails et je n’ai pas du tout vu la fin venir!  Une belle fin, touchante et remplie d’espoir. 
 
Tsunamis est un excellent roman sur la profession de journaliste en terrain miné, mais il a également un petit côté tendre et concupiscent que l’on retrouve souvent dans les livres de Michel Jean.  En terminant, l’auteur revient souvent sur le passé de Jean-Nicholas, je dirais donc qu’il n’est pas essentiel d’avoir lu Un monde mort comme la lune avant, mais je vous le recommande fortement car il met en place les bases du personnage.  Vous aurez vite compris que cet homme a besoin de sensations fortes!  Comme l’auteur peut-être?

Libre Expression
ISBN: 9782764812006
 

dimanche 24 septembre 2017

Mrs.Bridge, Evan S. Connell.


Mr. Bridge et Mrs. Bridge, les deux romans cultes d’Evan S. Connell, dépeignent un couple fascinant de petits-bourgeois américains des années 30. India Bridge est mariée à un avocat accro au travail et mère de trois enfants. Malgré une vie de loisirs et de confort matériel, India est envahie par un sentiment diffus d’insatisfaction, de confusion devant la futilité de sa vie. À coups de pinceau subtils, Evan S. Connell brosse le portrait de cette femme au foyer au bord du gouffre.
 
Vous vous souvenez du manuel d'économie familiale des années 50' ou il était suggéré aux dames de la maison d'être toujours bien mise avant le retour à la maison de l'homme?  Et de se lever plus tôt pour éviter qu'il vous voit les cheveux en broussaille?  Mrs.Bridge est tout droit sortie de ce manuel scolaire!
 
"Mrs.Bridge passait de longs moments à regarder dans le vide, oppressée par un sentiment d'attente. Attente de quoi? Elle ne savait.  Quelqu'un allait venir, quelqu'un avait sûrement besoin d'elle.  Mais chaque jour passait comme celui qui l'avait précédé.  Rien d'intense, rien de désespéré n'arrivait jamais.  Le temps ne passait pas."

Mrs.Bridge se prénomme India et c'est bien tout ce qu'elle a d'exotique dans sa vie!  Mariée à un avocat prospère qui ne rentre que pour manger et dormir, elle s'ennuie à mourir.  Ses trois enfants ont grandi, s'éloignent de la maison et ont très peu de respect pour elle.  Malgré le fait qu'elle soit riche à craquer, la pauvre ne trouve plus quoi acheter... Harriet, son employée, s'occupe de tout à la maison et Mrs.Bridge a tout son temps pour passer ses journées à errer en ville.  Elle essaie le théâtre, trop vulgaire pour elle. Elle tente les cours d'espagnol. pour servir à quoi?  Elle tente la lecture, elle se lasse rapidement.  Elle n'entretient aucune discussion avec son mari si ce n'est qu'acquiescer à ses commentaires sur la bourse le dimanche.  C'est un couple sans passion, sans intérêts communs. Mais Mrs.Bridge est une femme fidèle et déterminée à respecter les conventions de l'époque.

"Il ne vint pas à l'idée de Mrs.Bridge d'abandonner son mari et de courir au sous-sol.  Elle avait été élevée dans l'idée qu'une femme mariée l'est pour le restant de ses jours et doit rester avec son mari partout où il se trouve et en toutes circonstances à moins bien entendu qu'il ne lui enjoigne d'agir autrement."

Et cela même quand un cyclone fonce tout droit sur le restaurant où vous êtes assis!

C'est un roman assez drôle par moment.  Je me suis prise d'affection pour cette femme qui n'a aucun horizon devant elle.  L'argent achète peut-être beaucoup de choses mais il ne remplace pas l'amour d'un conjoint.

Inutile de vous dire que je suis impatiente de lire Mr.Bridge. Je me fais déjà des scénarios en m'imaginant que cet homme croit fermement que sa femme file le bonheur parfait avec sa grosse Lincoln et son porte-feuille bien rempli!

Une lecture délicieuse dans mon cas.
 
ISBN: 9782264069849

samedi 23 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Cette semaine, pas de services de presse sollicités, mais quelques achats!


Robert Laffont
"Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse."


Pocket
"Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s’enorgueillit d’un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s’élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages."

Voilà les quelques surprises de la boîte aux lettres!
 
"Une Fille grandit dans l'ombre d'une Mère qui invente un monde dangereux pour la retenir le plus longtemps possible au Village. Sa fuite se profile : elle se rendra dans une véritable zone de conflits, en Afghanistan, pour aider un pays décimé par la guerre. Mais elle y découvrira, avec la soupe aux gourganes de son enfance, d'étranges ressemblances avec le Village et les êtres plus grands que nature qu'elle a quittés. Rentrée au Québec, réussira-t-elle sa propre reconstruction ?"

 
"Marcel meurt subitement à 43 ans, devant son fils et sa femme. Dans leur maison de banlieue, tout vole en éclats. Pour survivre au drame, Émile lit à voix haute les lettres d’amour de ses parents avant de s’endormir. Joanne mélange la benzodiazépine et le vin blanc, les cris et les larmes. Mais le rire de son fils sera cette ficelle qui la gardera en vie et lui donnera l’élan de la remontée."
Québec Amérique
 
BONNE FIN DE SEMAINE!

lundi 18 septembre 2017

Emporter nos rêves, Vanessa Diffenbaugh.

Letty a trente-deux ans mais elle mène encore une vie d'adolescente. À l'inverse, Alex, son fils de quinze ans, sait déjà s'occuper de sa petite soeur Luna comme un adulte. Et les parents de Letty sont là, également, pour prendre en charge l'éducation de leurs petits-enfants. Aussi, quand ils décident de retourner au Mexique pour leur retraite, la jeune mère est désemparée. Parviendra-t-elle enfin à affronter ses responsabilités ? Dans une société qui ne fait aucun cadeau à ceux qui ont commis le crime de naître au mauvais endroit, Letty pourra compter sur certaines rencontres providentielles, mais surtout sur l'immense courage de ses enfants. Car une
famille n'a pas besoin de rentrer dans la norme pour déplacer des montagnes.

Il y a parfois des romans qui commencent comme des centaines d’autres, mais il y en a aussi qui prennent finalement un tournant inoubliable.
 
Letty a largement passé la trentaine lorsque ses parents d’origine mexicaine décident de retourner vivre au Mexique la laissant seule à San Francisco avec ses deux enfants de deux pères différents.  Alex a 15 ans et Luna 6 ans.  Habitués à leur grand-mère qui les dorlotent depuis leur naissance, ils se retrouvent à la merci d’une mère inapte à les élever.  Letty a toujours passé plus de temps à se saouler la gueule qu’à prendre soin d’eux.  Lorsque le frigo et le congélateur se retrouvent vides, elle n’a pas le choix de prendre son rôle au sérieux.  Elle bafouille un peu, mais l’instinct maternel reprend tranquillement le dessus! Heureusement… 
 
Emporter nos rêves est un peu roman sur la famille.  Celle qui n’est pas parfaite mais dans laquelle il y a beaucoup d’amour et de bonne volonté.  À tous ces défis de la vie quotidienne, s’ajoute l’aspect de l’immigration légale (ou pas) aux États-unis.  Les obstacles rencontrés lorsque l’on vit sans papiers et lorsque nous sommes toujours sur le point d’être expulsés…
 
Emporter nos rêves est un roman tranquille, mais qui laisse sa trace une fois refermé.
 
ISBN: 9782258133297

samedi 16 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Encore cette semaine, plusieurs nouveautés ont franchi le seuil de ma porte... C'est de la folie!!! Mais j'aime ça!



"Mr. Bridge et son pendant, Mrs. Bridge, forment une oeuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d’après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers. Walter Bridge est un avocat ambitieux qui se tue au travail pour subvenir aux besoins de sa famille. La richesse financière et matérielle, le bien-être qui en découle, font de sa vie un cocon confortable. Mais sous son apparente respectabilité se cache un vide intérieur profond, un véritable trou noir qui menace d’avaler la famille toute entière."
10/18

 
"En décembre 2004, un tsunami frappe le Sri Lanka, un pays déjà déchiré par une guerre civile qui dure depuis vingt ans. Le journaliste Jean-Nicholas Legendre est dépêché sur les lieux alors qu'il a du mal à se sortir de son propre tsunami intérieur."
 
 




 
 
Et comme dans toute bonne rentrée, les surprises envahissent ma boîte aux lettres! :)  Mais il y avait quand même quelques envies non manifestées... ça tombe bien!


"15 juin 1815. Tandis que les troupes de Napoléon sont en marche, la jeune Sophie Trenchard ne peut cacher sa joie. Issue d’une famille d’intendants, la voilà invitée au bal de la duchesse de Richmond, l’évènement qui réunit la plus brillante société de Grande-Bretagne à Bruxelles. Elle espère surtout y croiser le beau Edmund Bellasis, le meilleur parti du moment. Mais la soirée est interrompue par l’annonce d’une bataille imminente : Waterloo."
10/18


"1422. Alors que la maudite guerre entre Armagnacs et Bourguignons fait rage, Paris n’est plus que la capitale de la misère et de la faim. C’est dans ce contexte troublé que le clerc anglais Edward Holmes tempête contre l’ennui, entre deux affaires à la mesure de son talent. Le meurtre d’un chanoine qui révèle un trafic autour du trésor de la Sainte-Chapelle, la découverte de cadavres portant une médaille à l’effigie du prétendu Charles VII, ou encore la disparition de l’escarboucle de Marco Polo, qui était destinée au diadème de la future duchesse de Bedford…"
10/18


"Trentenaire délurée et inaccomplie, Albertine Bouquet travaille comme écrivaine fantôme pour une polémiste réputée. Outre une affection incontrôlable pour les chats, Rambo et Hochelaga-Maisonneuve, elle porte un amour trouble à deux hommes aux antipodes l’un de l’autre, jusqu’à ce qu’elle rencontre Charlotte, qui pourrait brouiller les cartes."
Québec Amérique
 
 
"Depuis qu’un virus mortel s’est propagé partout dans le monde, Caroline voit chaque semaine son univers changer. Entre deux crises d’anxiété, elle doit néanmoins s’occuper de son mieux de ses deux jeunes garçons. Tout ce qui était auparavant si simple est devenu difficile. Même se nourrir."


Québec Amérique
"Acrobates, villageois et gardes du château la protégeaient. Cuisiniers et peintres l’encourageaient. Mais quand elle commença l’école, portant sa nouvelle robe sans poche, elle se retrouva bien seule."


"Maélie soupçonne sa marraine d’être un peu, disons... particulière ? La jeune adolescente n’a plus l’âge de croire aux fées. Tout de même... elle ne peut s’empêcher de penser que sa tante a quelque chose de magique."
Pierre Tisseyre
 
BONNE FIN DE SEMAINE!

lundi 4 septembre 2017

Ma vie amoureuse en 16 garçons, Stéphanie Kate Strohm.

Avery a tout pour plaire. Mais pourquoi toutes ses histoires finissent-elles par une rupture ? Pour le savoir, Avery décide d'interroger tous ses ex depuis la maternelle… Une comédie romantique piquante et irrésistible. Absolument originale.
    
Difficile d’écrire un roman plus young adult que cela!  Avery est sur le point de terminer le secondaire, mais voilà qu’elle se retrouve célibataire et sans cavalier pour le bal de finissant à quelques semaines de celui-ci!  Situation plus qu’embêtante pour la it girl de l’école.  Californienne, blonde et très jolie, c’est un peu la honte.  Mais Avery ne se laisse pas abattre et elle profite d’un travail de fin d’études en histoire pour relever toutes ses aventures amoureuses depuis sa jeune enfance.  Elle veut faire le point sur ce qui ne fonctionne pas bien chez elle.  Tout un défi! C’est fascinant de constater qu’elle a une mémoire phénoménale pour se rappeler de tous ces garçons et dans quelle situation leur relation a pris fin. Avery est aussi très rigoureuse dans sa méthodologie et j'ai adoré tous ses petits commentaires ici et là qui viennent ajouter beaucoup d'humour au roman.  J'ai venu venir la fin dès les premiers chapitres, mais son clin d'œil au professeur d'histoire m'a beaucoup fait sourire!
 
J’ai lu plusieurs romans young adult l’an passé et souvent, en tant qu’adulte, j’ai trouvé mon compte parce que c’était mignon ou parce que les sujets traités étaient d’actualité.  Malheureusement, dans celui-ci je me suis sentie très vieille et loin de cette tranche d’âge... et c’est parfaitement acceptable puisque je ne suis pas du tout le public cible.
 
Cela demeure un roman amusant qui reflète bien cette génération bien plus avancée et mature que je n'ai pu l’être à cet âge.
La Martinière jeunesse
ISBN: 9782732481524

vendredi 1 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Des livres très attendus cette semaine dans ma boîte aux lettres!
 
 
Incroyable mais vrai  : James Lacey, le célibataire le plus convoité des Cotswolds, a cédé au charme de sa voisine, la pétillante quinqua Agatha Raisin  ! 


"God damned ! Voilà que James Lacey, le charmant voisin d’Agatha Raisin, a disparu ! Renonçant à lui passer la bague au doigt, comme il le lui avait promis."
 
Un des livres que j'attendais le plus dans cette rentrée!
 
 
"Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord."
Albin Michel

Une nouvelle rentrée littéraire signifie aussi des surprises dans la boîte aux lettres!


"Octobre 1970. Manon, adolescente sensible et délurée, apprend qu’elle et son petit frère qu’elle aime plus que sa propre vie seront placés en familles d’accueil. Jamais Mimi et elle ne seront séparés. Jamais. Elle l’a promis « juré craché ». Devant la menace imminente, Manon choisit le chemin de la rébellion et de la fuite. Inspirée par les événements politiques qui secouent le pays, elle élabore un complot dans le but de kidnapper une vieille femme qui leur servira d’otage et de grand-mère."
Québec Amérique


"Qui est Heather Thorne, cette jeune femme frappée d’amnésie qui ne sait plus si elle existe réellement ou si elle n’est que le double d’une inconnue croisée par un jour d’octobre ? Et qui est Andrée A. Michaud, cette écrivaine qui se demande si elle n’a pas usurpé la place d’une morte et si son véritable nom n’est pas Heather, Heather Thorne ?"
Québec Amérique

BONNE FIN DE SEMAINE!

mercredi 30 août 2017

Chloé et sa copine de lecture, Lisa Papp.

Chloé N'AIME PAS lire. Ni les livres, ni les magazines, ni même le menu du camion de crème glacée ne l'intéressent.
 
Lorsqu'elle fait la rencontre de Bonnie, la chienne de la bibliothèque, Chloé réalise que lire des histoires à voix haute à Bonnie est plutôt plaisant. Si elle ne connait pas le mot, la chienne ne s'impatiente pas. Chloé n'a qu'à la flatter jusqu'à ce qu'elle arrive à le trouver.
Grâce à sa nouvelle amie, Chloé apprend à prendre son temps, et surtout, qu'il ne faut jamais abandonner. Elle découvrira qu'elle adore la lecture!
 
Chloé n’aime pas lire parce qu’elle fait des erreurs et ne connaît pas tous les mots.  Elle est terrorisée lorsqu’elle doit lire devant ses copains en classe.  Elle aimerait bien recevoir une étoile du professeur, mais au lieu de cela, elle reçoit toujours le collant du bel effort.  Sa maman essaie de lui venir en aide, mais c’est la bibliothécaire qui détient la vraie clé du succès!  En visite à la bibliothèque, Chloé aura l’occasion de faire la lecture à une amie particulière… une belle grosse chienne blanche! Celle-ci écoute les histoires de Chloé sans broncher et surtout sans jugement.  De quoi faire gagner beaucoup de confiance à une petite lectrice toujours inquiète de commettre des erreurs.
 
Certainement inspirée de zoothérapie ou encore des techniques utilisées avec les enfants ayant des besoins particuliers, j’ai trouvé cet album tout à fait charmant!  Cette grosse bête poilue est venue transformer la perception de la lecture pour Chloé en plus de développer son plaisir de lire en le renouvelant à chaque semaine à la bibliothèque.  C’est adorable, attachant, mettez-y le qualificatif que vous voulez, moi j’ai trouvé l’idée excellente! Même fiston qui rechignait à lire une « histoire de fille » a trouvé que c’était brillant, alors…

 
4 à 8 ans
ISBN: 9781443160087